yonathan

Tous les chemins mènent à l'homme !

01 octobre 2010

Reçu d'un ami ... merci !

Au sujet de l’ordination des femmes…

Dans un document publié le 15 juillet 2010, la Congrégation pour la doctrine de la foi écrit : « toute tentative d’ordonner une femme [constitue] un délit grave contre la foi [ainsi qu’une] atteinte à l’ordre sacré »

Il nous semble que ces deux qualifications sont très gravement erronées.

Un délit grave contre la foi...

Jusqu’à preuve du contraire, le délit est une notion juridique. Appliquer cette notion à la foi revient donc à réduire la foi au domaine de la loi, de la norme, c’est-à-dire revenir exactement aux pratiques dont Jésus est venu nous libérer.

Si délit il y a, ce ne peut être que par rapport à la norme juridique posée par l’Église, norme qui n’a aucun droit à se confondre avec la foi.

Réciproquement, la foi ne peut être atteinte que par le péché, c’est-à-dire par la rupture (plus ou moins profonde) de la relation à Dieu ; veut-on réellement nous faire croire que l’ordination d’une femme serait une telle rupture ?

7791450_PhoDoc4_01354572_jpg_0KGPFEXXUne atteinte à l’ordre sacré

Là, nous sommes en présence d’une expression qui comporte deux erreurs, l’une théologique, l’autre philosophique.

... erreur théologique : encore une fois, tout l’enseignement de Jésus, et donc la nouveauté radicale du christianisme par rapport à toute autre religion, a consisté à détruire toute  sacralisation à l’exception de l’homme lui-même (tout homme est une histoire sacrée, et seul l’homme est sacré). Dès lors, parler d’ordre sacré est une régression et, qui plus est, une trahison ;

... erreur philosophique : ordre sacré veut évidemment signifier ordre voulu par Dieu lui-même. Or qui ne voit que ce n’est pas Dieu qui refuse l’ordination des femmes, mais bien des hommes (ici l’Église hiérarchique) qui affirment que Dieu refuse cette ordination.

Cela rappelle hélas une très vieille histoire, celle de Galilée ; le processus est exactement le même : on fait porter à Dieu la volonté de maintenir un ordre (naturel ou social) qui n’est que celui que certains croient éternel. L’Église (infaillible !) s’est trompée avec Galilée ; elle risque fort de s’être encore trompée avec l’ordination des femmes…

De surcroît, ce « délit grave » apparaît dans le même document que la condamnation d’autres délits graves comme la pédophilie et le viol de malades mentaux.

Merci pour le rapprochement.

Claude M (Août 2010)

Posté par yonathan à 11:56 - Année presbytérale - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Peur ou haine des femmes ?

    Merci !
    Ce n'était pas tant que l'institution veuille punir les femmes qui auraient l'impudence de se faire ordonner au ministère presbytéral, c'est que cette institution catholique juge que ce délit était plus grave que le crime de pédophilie puisqu'assorti d'une punition pire, que celles punissant le crime de viol sur des enfants.
    J'ajoute qu'on va béatifier un pape qui a œuvré toute sa vie pour protéger les violeurs pédophiles et ainsi leur permettre de
    continuer.Alors, même s'il avait aussi beaucoup de qualités...

    Posté par Insoumise, 25 février 2011 à 20:50

Poster un commentaire